RadioSouvenirsFM

RadioSouvenirsFM

vendredi 31 juillet 2009

Affichage Numérique_Espagne : Lancement d’un nouveau réseau d’écrans dans le métro de Barcelone




Le métro de Barcelone va accueillir, d’ici l’année prochaine, un nouveau réseau d’affichage dynamique.

La décision fait suite à une phase pilote de 6 mois menée par l’opérateur de transports FCG (Ferrocarrils Catalans de la Generalitat) et le groupe audiovisuel public catalan CCMA (Corporació Catalana de Mitjans Audiovisuals).

La phase de déploiement initial prévoit l’installation, au premier semestre 2010, d’une cinquantaine d’écrans sur une petite dizaine de stations. A terme, toutes les stations du réseau géré par la FCG devraient être équipées.

Baptisée 7imig, l’offre déclinera au sein d’une boucle de 7 minutes et demie, des contenus informatifs et divertissants ainsi que des informations voyageurs. La fourniture et la mise à jour des programmes seront assurées par Activa Multimèdia, une filiale de la CCMA.

Rappelons qu’il existe déjà une offre d’affichage dynamique dans le métro de Barcelone, installée au sein des stations gérées par la TMB (Transports Metropolitans de Barcelona).

Source : OOH-TV

Affichage Numérique_Chine : VisionChina Media en passe d’acquérir Towona?



Après le possible échec de la fusion Sina-Focus Media et le rapprochement entre Sohu et AirMedia, une nouvelle rumeur fait actuellement le tour du marché chinois de l’affichage dynamique.

La presse locale fait, en effet, état d’une possible acquisition de Towona par VisionChina Media, les deux opérateurs leaders de réseaux d’écrans dans les bus. L’opération serait estimée à 140 millions $.

Rappelons que, selon la société d’études et de conseil CCID Consulting Co., Ltd., près de 257.000 écrans étaient installés, en 2008, dans les bus chinois. Le marché était dominé par VisionChina Media avec 107.340 écrans (soit 41,8% du parc), devant Towona (64.500 écrans) et Bus Online (62.600 écrans).

Source : OOh-TV

Technologie_Guerre ouverte contre Google





Après un an et demi de négociations houleuses, Microsoft et Yahoo! sont parvenus à s'entendre pour concurrencer le géant Google sur le lucratif terrain de la recherche en ligne.

Leur partenariat d'une durée de 10 ans, annoncé mercredi, survient après l'échec du rachat de Yahoo! par Microsoft l'an dernier pour 47,5 milliards de dollars américains. Les deux groupes demeureront indépendants mais combineront leurs forces en recherche et en vente de publicité.

«Cette transaction va créer un nouveau concurrent majeur en recherche», a déclaré Carol Bartz, chef de la direction de Yahoo!, pendant une conférence téléphonique.

Google s'est imposé au cours des dernières années comme le leader incontesté du web. Le mastodonte de Silicon Valley détient 65% du marché de la recherche en ligne aux États-Unis, comparativement à 20% pour Yahoo! et à 8% pour Microsoft avec son moteur Bing, selon la firme ComScore.

La nouvelle entité ne détrônera pas Google du jour au lendemain. Mais elle sera dotée d'une force de frappe beaucoup plus considérable pour la vente de publicité en ligne, le nerf de la guerre des portails internet.

Les annonceurs ont dépensé 51,6 milliards de dollars américains sur le web l'an dernier dans le monde, et ils devraient investir 10% de plus cette année, selon la firme d'analyse ZenithOptimedia. La puissante technologie de Microsoft pour la recherche de mots-clés, couplée à l'imposante équipe de vente de Yahoo!, permettra de créer un moteur beaucoup plus efficace et lucratif, croient les dirigeants des deux groupes.

Malgré ses bénéfices potentiels, la transaction n'a pas fait le bonheur des actionnaires de Yahoo!, loin de là. L'action a perdu 12% mercredi sur le NASDAQ pour clôturer à 15,14 $US. «Cette entente est une très grande déception», a indiqué l'analyste Clayton Moran, de la firme Benchmark Co.'s, en entrevue à Bloomberg.

Le titre de Yahoo! s'était apprécié de 41% depuis le début de l'année, alors que des rumeurs de rachat continuaient à flotter sur l'entreprise. Sa chute de mercredi est la plus abrupte en une séance depuis novembre dernier.

Les actionnaires déplorent que la transaction ne contienne aucun paiement en argent, eux qui songent toujours avec nostalgie aux 47,5 milliards offerts l'an dernier par Microsoft. Certains s'attendaient à une somme qui aurait pu atteindre 3 milliards.

La nouvelle alliance fera plutôt grimper de 500 millions le chiffre d'affaires annuel de Yahoo!, en plus de réduire ses coûts d'exploitation de 200 millions. Résultat des économies d'échelle, des mises à pied sont aussi à prévoir chez les ingénieurs de Yahoo!, a indiqué la présidente, Carol Bartz, sans préciser de chiffres. L'entreprise a déjà réduit ses effectifs à plusieurs reprises depuis un an.

Écueils réglementaires

L'implantation du partenariat Microsoft-Yahoo! prendra jusqu'à 24 mois, a-t-on annoncé mercredi. Mais au-delà des nombreuses questions techniques à régler, la transaction pourrait aussi se heurter à des écueils sur le plan réglementaire.

Le sénateur démocrate du Wisconsin, Herb Kohl, qui dirige le comité antitrust au Sénat des États-Unis, a déclaré à Bloomberg que la transaction nécessitait un «examen minutieux». Il craint qu'une telle alliance puisse «décourager l'innovation», cruciale dans l'industrie des hautes technologies.

Steve Ballmer,
chef de la direction de Microsoft, a au contraire exprimé la conviction que le partenariat allait stimuler davantage l'innovation. Il en a profité pour vanter les vertus de son nouveau moteur de recherche, Bing, salué par les analystes à son lancement en juin dernier. «Cette entente nous donne l'échelle et les ressources nécessaires pour créer l'avenir de la recherche», a déclaré M. Ballmer.

L'alliance entre Microsoft et Yahoo!, assez complexe, exclut plusieurs produits et marques de commerce lancés au fil des ans par les deux sociétés. Elles continueront par exemple de se «concurrencer vigoureusement» dans les secteurs du courriel et de la messagerie instantanée, ont indiqué les groupes dans un communiqué.

Les deux entreprises espèrent obtenir le feu vert des autorités réglementaires américaines au début de 2010, après quoi le véritable travail d'intégration pourra commencer.

Le titre de Microsoft a légèrement profité de l'annonce de mercredi, clôturant en hausse de 1,4%, à 23,80 $US, à la Bourse NASDAQ. L'action de Google - dont la domination pourrait être amoindrie - est pour sa part demeurée presque inchangée. Il a terminé la journée à 436,24 $US, en baisse de 0,8%.

Source : CyberPresse Par : Maxime Bergeron

Technologie_ Philips HF3490 : pour un réveil tout en douceur




Philips s'apprête à lancer un radio-réveil, le HF3490, censé rendre vos réveils moins difficiles.

Dans une seule finition blanche, ce dispositif audio propose un réveil à l'aide de l'un des quatre sons de la nature pré-enregistrés, de votre station de radio favorite ou des musiques de l'iPod/iPhone et de la lumière. Le réveil se fait tout en douceur, le volume sonore et l'intensité lumineuse de l'ampoule à basse consommation étant progressifs.

Alimenté sur secteur, le dispositif permet aussi de recharger la batterie et de profiter des musiques du baladeur ou du smartphone de la marque à la pomme.

Quant à l'horloge numérique, elle est projetée en rouge sur la coque.

Source : Generation-nt.com
Par : Dimitri T.

WebRadio_ SPB Radio : 1500 radios en streaming sur Windows Mobile




L'éditeur russe SPB Software House annonce SPB Radio 1.0, application pour Windows Mobile donnant accès aux flux de 1500 Web Radios en streaming.

Nouvelle application annoncée chez SPB Software House avec SPB Radio 1.0 pour Windows Mobile, un logiciel intégrant un catalogue de 1500 Web Radios à découvrir sur son smartphone, et la possibilité de personnaliser par d'autres canaux.

L'éditeur mise sur l'interface qui permet de sélectionner les radios par pays, par genre ou par langue et qui possède des touches de fonction intégrées ainsi que la possibilité de modifier l'habillage. On pourra éditer des listes de favoris, éteindre l'écran pour préserver l'autonomie et sélectionner le bitrate.

SPB Radio possède une interface manipulable au doigt mais peut fonctionner aussi sur des terminaux sans écran tactile, à partir de Windows Mobile 5.x. Il faudra bien sûr disposer d'une connexion Internet via WiFi ou par les réseaux cellulaires ( avec le forfait qui va bien dans ce cas ).

Comme toujours, SPB Software House propose une version d'évaluation en téléchargement gratuit utilisable pendant 15 jours. Au-delà, il faudra s'acquitter de 9,95 dollars pour conserver le logiciel.

Source : Generation-nt.com Par : Christian D.

jeudi 30 juillet 2009

Affichage Numérique_France : Thomson échappe au dépôt de bilan




Thomson annonce avoir trouvé un accord, concernant la restructuration de sa dette, avec une majorité de ses créanciers. Ces derniers ont accepté de convertir 1,289 milliard € de dettes, en actions (350 millions € ), ORA (Obligations Remboursables en actions – 639 millions €) et DPN (Disposal Proceeds Notes – 300 millions €).

Ces DPN seront remboursées en numéraire par Thomson à l’aide du produit des cessions de Grass Valley, PRN et Screenvision. Si cela était insuffisant, les détenteurs de DPN recevront, à l’échéance de ces titres, des actions supplémentaires ou du numéraire, à la discrétion de Thomson.

Au final, l’opération permet de diminuer de 45% la dette senior brute du français, qui passe de 2,839 milliards € à 1,55 milliard €.

Thomson en a également profité pour annoncer ses résultats sur le premier semestre, marqués par une perte nette de 325 millions €.

Source : OOH-TV

Affichage Numérique_ Les écrans bleus ont plus d’impact en affichage numérique.



Par : Philippe Gauvin

DailyDOOH, qui vient de célébrer son 2e anniversaire, publie un billet avec les meilleurs images des écrans bleus d’erreur de Microsoft (signe d’une erreur système irrécupérable de Windows). Il suggère aux lecteurs d’envoyer leurs meilleurs images pour contribuer à un top 10 d’écrans d’erreurs en public.

C’est une chose de voir Windows planter au bureau, une autre de le voir dans un endroit public…

Il y a quelquechose d’hilarant à voir un humain habillé d’un écran de malfonction logiciel. À quand des cyborgs buggés Microsoft

Source : le blogue de l'affichage numerique à montreal et ailleurs

Web_ Hollywood survit à l'internet et en profite




L'internet, qui a pratiquement entraîné la mort de l'industrie du disque, est au contraire exploité avec succès par les studios de télévision et de cinéma, qui y réussissent même mieux que certains pionniers de ce nouveau média.

L'échec du site de vidéos indépendant Joost, qui a décidé la semaine dernière de changer de modèle économique pour devenir un simple portail, est emblématique, selon plusieurs experts.

Fondé en 2007 par des spécialistes des échanges de fichiers (peer-to-peer), Joost a fini par concéder qu'il n'avait pas la masse critique pour attirer assez de recettes publicitaires.

Pendant ce temps, des sites financés ou directement gérés par des studios hollywoodiens prospèrent, à commencer par Hulu, émanation de NBC et Fox, rejoints ce printemps par Disney.

Hulu s'est hissé à la troisième place des sites de vidéos aux États Unis - loin derrière YouTube (groupe Google), qui reste encore essentiellement un site de partage de clips d'amateurs, mais très proche des sites Fox (groupe News Corporation).

«Les chaînes de télévision se sont très judicieusement taillé un espace sur le web», explique à l'AFP Joe Turro, enseignant à l'école Annenberg de communications à l'université de Pennsylvanie.

«Au début, il y a trois à cinq ans, les chaînes de télévision ignoraient l'internet», se souvient Paul Levinson, à l'université new-yorkaise de Fordham.

Puis elles se sont inquiétées des risques de piratage, avant d'utiliser l'internet à deux fins. «Elles ont vu l'internet comme un outil de promotion de leurs propres émissions», et comme nouvelle source de revenus publicitaires, qu'il fallait éviter de partager avec des opérateurs dans la mesure du possible.

«À notre époque, il faut être présent sur internet, et ne pas laisser d'autres y être à votre place», explique M. Levinson.

En outre, les studios ont les moyens de capitaliser sur leur image de marque.

«À la différence de YouTube, où les annonceurs ont parfois peur de faire de la pub parce qu'ils ne savent jamais sur quel contenu ça ira, parce qu'ils ont peur de se retrouver dans l'embarras, les sites des grandes chaînes», avec leurs séries reconnues, «sont intéressantes pour beaucoup d'annonceurs», explique M. Turro.

D'ailleurs YouTube sent bien la menace: alors que Google cherche désespérement à rentabiliser cette coûteuse acquisition (1,65 milliard de dollars déboursés en 2006), il a annoncé en avril des accords avec Sony Pictures, MGM, CBS, Starz, Lionsgate «et bien d'autres» pour diffuser leurs programmes - et y accoler un nouveau format publicitaire.

Un risque pour les studios, c'est «la cannibalisation», craint Andrew Frank, du cabinet de marketing Gartner. «Je soupçonne que quand Hulu aura beaucoup de pub et commencera à concurrencer la télévision, ça pourra devenir un problème pour les studios, qui ne veulent pas cannibaliser leur meilleure source de revenus (ndlr: la publicité à la télévision), et qui ne veulent pas non plus remettre en cause les redevances versées par les câblo-opérateurs».

Mais M. Levinson juge ce risque encore négligeable parce que, dans le contexte de crise actuelle du moins, les chaînes de télévision sont contentes de pouvoir vendre des espaces publicitaires sur internet, même relativement bon marché. De surcroît, le web permet de rentabiliser d'énormes ressources non exploitables à l'antennne.

«Il y a une énorme quantité d'idées qui ne trouvent pas de place à la télévision», parce qu'«il n'y a que 24 heures de diffusion» dans une journée, alors que sur internet au contraire «il n'y a pas de limite».

Source : CyberPresse Par : Charlotte Raab, Agence France-Presse (New York)

Technologie_ Une application iPhone traque les délinquants sexuels



Les délinquants sexuels américains peuvent maintenant être localisés grâce à une application pour iPhone et iPod Touch. Développée par ThinAir Wireless, Offender Locator utilise la base de données des 50 États américains qui recense les personnes reconnues coupables de crimes sexuels.

Offender Locator utilise le GPS intégré au iPhone pour déterminer l'emplacement de l'utilisateur pour ensuite fournir une carte des délinquants sexuels qui résident dans les environs, une information qui est disponible gratuitement sur Internet.À lire sur The Telegraph.

Source : CyberPresse

Téléphonie IP_ Telephone 0.14.1 : de la VoIP simplifiée




Telephone [0.14.1 - 2.3 Mo - US] est un nouveau logiciel de téléphonie par IP qui s'offre une interface simplifiée au maximum, probablement inspirée d'iChat. Loin d'une version finalisée, Telephone se révèle déjà très stable à l'utilisation, il se base entièrement sur le carnet d'adresses de Mac OS X et supporte les notifications par Growl. Le logiciel sait déjà tirer parti de toutes les sources audio reliées au Mac et les propose nativement dans ses préférences.

Source : MacGeneration.com
Par : Florent Bruchez

mercredi 29 juillet 2009

Affichage numérique_Royaume-Uni/Irlande/Scandinavie : Nouveau responsable régional pour Minicom Digital Signage



Minicom Digital Signage annonce le recrutement de Diego Barrow comme responsable des ventes au Royaume-Uni, en Irlande et dans les Pays Nordiques.

Il s’agit, pour Minicom, de la seconde embauche en un mois d’un représentant régional en Europe, après l’arrivée, fin juin, d’Emmanuel Canizares, en charge des marchés France et Benelux.

Source : OOH-TV

Affichage Numérique_France : BlueFox ajoute une couche d’interaction mobile à son offre

BlueFox se lance dans le SMS from redactionoohtv on Vimeo.



Dans le prolongement de son offre de contenus, BlueFox propose, à présent, des services SMS pour l’affichage dynamique.

Depuis le 1er juillet, il opère, ainsi, au sein du réseau de digital signage déployé dans les stations Total, un jeu SMS permettant aux participants de gagner jusqu’à un an de carburant en bons d’achat.

BlueFox a pris en charge le volet graphique (création du module aux couleurs de Total- voir ici en vidéo), la partie technique (traitement des SMS) ainsi que l’aspect juridique. Il assure également la distribution des lots aux heureux gagnants.

Source : OOH-TV

Téléphonie IP_ Sylvain de Webmarketing&Com a testé pour vous Nimbuzz




Pour notre série invité(e)s sur le blog de Nimbuzz, Sylvain Lembert, éditeur pour Webmarketing&Com, a testé pour vous Nimbuzz, voici ce qu’il en a pensé….

Centraliser tout ses comptes de messagerie sur son iPhone, c’est possible avec Nimbuzz…

Très facile à installer et à paramétrer, l’application iPhone Nimbuzz, vous permettra d’accéder en quelques instants à tous vos contacts répartis sur vos différents comptes de messageries. Vous pourrez ainsi converser avec eux par chat ou par téléphone gratuitement via VoIP ou Wifi. Trouver toutes nos messageries dans une seule application, un véritable gain de temps. Je l’ai testé aujourd’hui et vous donne mes retours…

nimbuzz-iphone-msn161x3002

Découverte de l’application…

Après avoir téléchargé l’application sur l’AppStore et créé son compte Nimbuzz, lors de la première connexion, on est invité à ajouter nos différents comptes de messageries via le bouton +, ensuite, on nous demande de sélectionner le service qui nous intéresse : Windows live, Skyke, Yahoo, Facebook, AIM …

On va commencer par Windows live, il suffit de rentrer l’identifiant et le mot de passe de notre compte et de cliquer sur sauvegarder. La procédure est la même pour les autres messageries. Pour ma part en plus de Windows Live, j’ai ajouté Facebook.

Accès aux messageries…

Et voilà toutes nos communautés et nos messageries sont alors dans notre poche. Les contacts apparaissent alors dans le premier onglet de l’application. Ils sont suivis d’une icône indiquant de quel réseau ils proviennent (Windows Live, Facebook…). Il nous reste plus qu’à tapoter sur le contact pour accéder aux différentes possibilités d’échanges avec celui-ci : chat, envoyer des photos, appeler… En cliquant sur chat, la conversation s’ouvre dans l’onglet « chat » où on retrouve toutes les conversations en cours que cela soit sur Facebook ou Live.

Et à la téléphonie VoIP ou Wifi…

Pour accéder à la téléphonie VoiP, il faut déjà l’activer dans les paramètres, rendez-vous sur Dial-Up VoIP, activez la, choisissez votre pays, renseignez votre numéro de téléphone et c’est tout. Lorsqu’un réseau Wifi sera disponible, vous pourrez appeler gratuitement. Pour appeler gratuitement, vous avez également la possibilité de passer par votre compte Skype ou votre fournisseur de VoIP.

Pour conclure…

Avec la multiplication des services de messagerie, Nimbuzz apporte un réel confort d’utilisation en permettant d’accéder à tous nos comptes d’un seul endroit. Il permet en plus de les appeler de façon gratuite via Skype ou VoIP.

Nimbuz propose également son service sur PC, Mac et via une application web… Et pour ceux d’entre vous ayant un blog, un widget existe permettant de l’installer sur celui-ci. Vos visiteurs pourront ainsi entrer en contact avec vous de façon gratuite et rapide.

Source : NimBuzzBlog
Sylvain Lembert.

Pub_Pub : Internet dépasse la radio au Canada



Pour la première fois au Canada, les revenus publicitaires dégagés par Internet ont dépassé ceux engrangés par la radio.

Internet a enregistré en 2008 quelque 1,6 milliard de dollars en revenus puiblicitaires au Canada, alors que la radio, le montant a été de 1,55 milliard de dollars, selon le Bureau de la publicité interactive du Canada (IAB).

Au cours des cinq dernières années, les revenus publicitaires du Web ont quadruplé, partant de 364 millions de dollars en 2004. Rien que l’an dernier, la progression a été de 29%.

La publicité en ligne se classe maintenant au 3e rang, à la fois en termes de temps alloué au média par les utilisateurs et de dollars publicitaires alloués par les annonceurs. Le Web représente 11% des dépenses combinées, qui s'élèvent à 14 milliards de dollars pour l'ensemble des principaux médias au Canada (télévision, journaux, Internet, radio, magazines et supports extérieurs).

Le Québec récolte 20% de la publicité en ligne canadienne

Du montant de 1,6 milliard de dollars, 317 millions de dollars, ou 20%, des dollars publicitaires ont été alloués au marché francophone canadien, ce qui représente une hausse sur douze mois de 22%.

Voici le palmarès des types de publicités les plus populaires sur le Web canadien :
1. La publicité par recherche : 602 millions de dollars, 38 % des recettes totales;
2. La publicité graphique : 490 millions de dollars, 31 %;
3. Les annonces classées : 480 millions de dollars, 30 %.

La publicité vidéo en ligne a connu une croissance de 33 %, passant d'une somme relativement petite de 9 millions de dollars en 2007 à 12 millions de dollars en 2008, alors que la publicité par courriel est restée stable à 18 millions de dollars.

Quant aux principaux annonceurs sur le Web, il s’agit de :
1. Automobile : 13 %;
2. Secteur financier : 11 %;
3. Technologie : 10 %;
4. Télécommunications : 9 %;
5. Produits emballés : 8 %;
6. Médias-Divertissements (musique, cinéma, télévision) : 6 %;
7. Loisirs (voyages, hôtels, accueil) : 6 %;
8. Vente au détail : 5 %;
9. Autre : 32 %.

Qu’attendre pour 2009? Les experts d’IAB prévoient des revenus publicitaires de 1,75 milliard de dollars pour le Web canadien, soit une progression de 10% par rapport à l’an dernier. Du côté du marché francophone, la hausse devrait avoisiner les 7,8%.

Source : LesAffaires.com Par : Olivier Schmouker

Musique_ 36% des internautes sont des pirates. Qui achètent aussi des disques



Analyse - Une étude mondiale montre que le téléchargement illégal est bien ancré dans les moeurs des internautes. Mais ces adeptes sont aussi des gros consommateurs de Culture payante !

La généralisation des pratiques illégales sur Internet, à savoir le téléchargement pirate, est un fait. Une nouvelle étude menée au niveau mondial le démontre une fois encore.

Selon le cabinet de recherche Interpret, qui a interrogé pas moins 64 millions d'internautes (une première à notre connaissance), 36% d'entre eux (soit la bagatelle de 24 millions de personnes) avouent avoir téléchargé illégalement un fichier au moins une fois ces trois derniers mois.

Un chiffre important en forme de constat d'échec pour les organisations qui depuis des années mènent un combat répressif contre les internautes, à grands coups de procès et de menaces.

Musique légale trop chère

Bien évidemment, ce taux pourrait être supérieur puisque nombreux sont encore les internautes à ne pas avouer, même de façon anonyme de telles pratiques honteuses...

Mais cette donnée n'est pas la plus intéressante. L'étude démontre une nouvelle fois que ces 'pirates', cible des gouvernements et des Maisons de disque dont aussi des consommateurs 'traditionnels' de culture.

Contrairement aux discours officiels, pirater ne veut pas dire arrêter de consommer. Selon l'étude, parmi les 36% de téléchargeurs, 9% ont acheté un album complet sur un kiosque de téléchargementet 16% déclarent avoir acheté des chansons individuelles.

Et quelles sont les raisons qui poussent les internautes à aller voir du côté du P2P ? Encore une fois, le prix de la musique légale est épinglé. 49% des adeptes du piratage estiment que le prix de vente des morceaux sur les kiosques numériques devrait être moins cher que pour l'achat d'un CD.

Petit conseil aux Majors : revoyez donc vos modèles économiques avant de tout miser sur des lois qui risquent de ne pas changer grand chose au problème...

Source : ZDNet.fr Par : Olivier Chicheportiche.

mardi 28 juillet 2009

Affichage Numérique_France : Futuramedia rejoint le Popai




L’opérateur de réseaux et régie en affichage dynamique Futuramedia a rejoint le bureau digital media du Popai France.

Ce dernier regroupe à présent 14 compagnies : Activ’Screen, Carlipa Systems, E.S.I.I., Iconomedia, Mirane, Panasonic France, Rémanence Prod, Samsung Electronics France, Scala, Sony France, Supertec, Telelogos, Ultimedia et Futuramedia.

Le Popai France a, par ailleurs, fait connaître son calendrier de rentrée, marqué par la tenue de cinq grands rendez-vous. Notons, entre autres, le séminaire “Digital média : modèles économiques et ROI” qui aura lieu le mardi 24 novembre prochain.

Source : OOH-TV

Affichage Numérique_ OKI Printing Solutions pour encaisser, imprimer, informer, animer…



OKI Printing Solutions, filiale du groupe OKI Electric, dédiée aux solutions d’impression, propose une gamme de solutions conçues pour les professionnels de la restauration. La nouvelle offre points de vente OKI comporte l’ensemble des produits technologiques & informatiques dont les professionnels ont besoin au quotidien pour : vendre et encaisser avec des PC à écrans tactiles connectés à un tiroir caisse et à une imprimante ticket. Ella a la capacité de copier, faxer et imprimer avec des imprimantes multifonctions monochrome ou couleur, fiables et économiques, permettant la création de balisage, promotions, cartes de visite. Enfin d’informer, distraire et animer grâce à l’affichage dynamique. Les solutions points de vente OKI sont esthétiques, compactes, robustes et disponibles dans des coloris élégants (noir, gris, anthracite).

Source : L'hotellerie-Restauration.fr

Média_ Zip.ca va offrir des films et des émissions sur Internet



D’ici la fin de l’année, il sera possible de visionner des films et des émissions de télévision en webdiffusion, ou qui seront préalablement téléchargés sur un ordinateur.

Zip.ca, une compagnie canadienne offrant un service postal de location de DVD, veut offrir ces services. Selon Curt Millar, chef de la direction de Zip.ca, les films et les émissions seront disponibles d’ici la période des Fêtes.

Le service sera aussi accessible pour des téléviseurs spéciaux pouvant se connecter au web. Ces appareils ne sont pas encore en vente au pays, mais M. Millar espère qu’ils seront sur le marché dans les prochains mois.

Zip.ca deviendra ainsi le troisième fournisseur dans cette catégorie de services au Canada. Apple (iTunes Video Store) et Microsoft (Xbox Live Marketplace Video Store) sont déjà sur le marché.

« Nous voulons offrir la sélection la plus large possible à nos membres », a déclaré M. Millar. Pour l’instant, les prix ne sont pas connus, mais le service en ligne va commencer avec un prix à la pièce pour se diriger ensuite vers un modèle basé sur des abonnements.

Certains analystes croient cependant qu’il s’agit d’une aventure risquée puisque ce marché est très mince.

Source : AMPQ via Mathieu Lavallée, Argent, canoë

Téléphonie IP_Les lutins du jour : Google Voice refusé par Apple !




Google vient d'annoncer que son logiciel Google Voice a été officiellement refusé par Apple :

« Nous travaillons dur pour développer les applications Google sur la plupart des plate-forme de téléphonie, iPhone compris. Apple n'a pas approuvé l'application Google Voice que nous avions soumise il y a 6 semaines. Nous allons continuer notre travail avec l'iPhone, notamment sur les navigateurs. »

L'application de Google permet en effet de faire de la voix sur IP, d'envoyer des SMS gratuitement, et également de rassembler tous ses numéros de téléphone sous un même numéro Google. Bref, la chose entre directement en concurrence avec la partie téléphonie et SMS de l'iPhone. Cette décision n'a donc rien de bien surprenant, au final, si ce n'est que, ces derniers temps, Google ne semble pas avoir eu droit à son traitement de faveur habituel.

D'ailleurs, la fin de la phrase est assez cocasse: Google va-t-il adapter Chrome à l'iPhone, maintenant qu'Apple autorise les navigateurs tiers ? En tout cas, cette annonce sonne le froid entre les deux sociétés, qui coopèrent pourtant toujours activement et sur plusieurs fronts.

Source : Mac4Ever.com
Par Grouik

Téléphonie IP_Telephoniedentreprise.com obtient des labels



Telephoniedentreprise.com obtient les labels Expert Data et certifications pour l’installation des solutions VoIP Centrex et IPBX de Bouygues Telecom Entreprises
En juillet 2007, Bouygues Telecom Entreprises a décerné à Telephoniedentreprise.com le label Expert Data en récompense de son engagement.

Ce label certifie l'expertise de Telephoniedentreprise.com en matière de solutions data professionnelles et permet de distribuer et d'installer de nouveaux produits tels que les e-mails mobiles (Blackberry, Windows Mobile) et les solutions Internet.

Expert Data, le label qui relève le défi de la mobilité professionnelle : consulter ses e-mails, son agenda ou accéder aux applications de l'entreprise à tout moment et en tout lieu?
C'est une nécessité pour les professionnels du XXI siècle.

Or le segment « Data» est en perpétuelle évolution. Il nécessite de conseiller et d'accompagner chaque client afin de trouver la solution conforme à sa problématique.

Depuis Juillet 2009, Telephoniedentreprise.com réaffirme son engagement auprès des PME et obtient les certifications techniques pour installer les solutions VoIP Centrex et PBX de Bouygues Telecom Entreprises.

« Désormais, nous avons choisi d'accompagner nos clients pour relever à leurs côtés le défi de la mobilité et de la convergence Fixe-Mobile-Internet. Ce label consacre la qualité de nos services et compétences techniques en tant que distributeur Elite Bouygues Telecom Entreprises » affirme M. SOURHOU Directeur Commercial de Telephoniedentreprise.com.

D'une part, l'obtention de ces labels permet à Telephoniedentreprise.com de proposer de nouvelles offres de services: conseil sur le système informatique, accompagnement sur la préconisation et la mise en place de la solution adéquate (ex: Blackberry, Windows Mobile, centrex VoIP, IPBX), support technique…

D'autre part, le Label Expert Data est un label de qualité qui apporte aux clients la garantie d'une compétence effective et certifiée en matière de solutions mobiles.

En effet, pour obtenir ce label, l'entreprise distributrice doit compter dans ses rangs au moins un ingénieur dont les compétences seront validées par un organisme certifié.

Ses compétences devront porter sur l'architecture et les protocoles réseaux, les différentes solutions de messagerie, le VPN, etc.

A propos de Telephoniedentreprise.com :
Telephoniedentreprise.com est une marque du groupe NEXT2i, dédiée à la distribution de solutions téléphoniques sur mesure pour entreprises et PME : Fixe + Mobile + Internet et Réseaux.

Nos experts conseillent et accompagnent plus de 2000 PME et Grands Comptes dans la maîtrise de leur téléphonie professionnelle (téléphonie fixe, téléphonie mobile, accès internet, solution globale de téléphonie fixe mobile internet, et réseau privé).

En 2008, nous avons pu faire bénéficier à nos clients une économie de près de 32% sur leurs factures télécoms.

Contact Presse:
Telephoniedentreprise.com marque du groupe NEXT2i
Karim BAHAJI
01 75 43 92 53
http://www.telephoniedentreprise.com

Source : NTIC

lundi 27 juillet 2009

Affichage Numérique_Brésil : MyMedia entend sextupler son réseau d’ici la fin 2010



Le brésilien MyMedia va passer à l’offensive ces prochains mois.

Opérant actuellement une centaine d’écrans au sein de différentes locations (centres commerciaux, bars, restaurants, clubs, centres de soin…) de Porto Alegre et sa région, il entend sextupler son réseau d’ici la fin 2010.

Son développement cible les villes de plus de 150.000 habitants des états du Rio Grande do Sul, Santa Catarina et Parana (sud du Brésil) et pourrait être assuré de façon organique ou par croissance externe (dans la continuité de son rachat, en mai dernier, de Zigon Midia Indoor).

Source : OOH-TV

Affichage Numérique_Allemagne : Une nouvelle vitrine interactive pour Diesel à Berlin



Une vitrine interactive est, depuis le 1er juillet, à voir au sein du flagship store Diesel à Berlin.

Un jeu, soutenu par une technologie de “motion tracking”, est notamment accessible aux passants – voir la vidéo ici.


Designée par l’agence Liganova, l’installation fait également intervenir le berlinois Deon pour la partie interactive et la conception du jeu et Neumann&Müller pour la fourniture des éléments techniques.

La vitrine devrait être déployée dans d’autres flagships Diesel d’Allemagne ainsi qu’à New-York, Tokyo et Milan.

Source : OOH-TV

Pub_Publicité en ligne : ralentissement de croissance



Dans un marché global en récession de 3%, la publicité sur Internet poursuit sa progression. Cependant, elle n'est pas totalement épargnée par la contraction : sa croissance s'est effondrée en un an, selon deux études de TNS Media Intelligence et Capgemini Consulting.

Au premier semestre 2008, la publicité sur Internet affichait une croissance impressionnante : plus de 35 %. Un an plus tard, celle-ci est tombée à environ 8% selon les études : une chute remarquable qui ne doit pas masquer que le web demeure le premier secteur de croissance publicitaire, loin devant la radio (2% de croissance environ). Quant aux autres médias -- télévision, cinéma, affichage public... --, ils voient leur budgets publicitaires diminuer.

Internet renforce donc sa place de troisième média publicitaire, derrière presse écrite et télévision, et totalise plus d'un milliard d'euros d'investissements nets. En revanche, le nombre d'annonceurs est en légère baisse : la croissance est portée par ceux déjà présents sur ce média, qui augmentent leurs investissements. De nouveaux annonceurs viennent naturellement tester la publicité en ligne, mais ils sont moins nombreux que ceux qui suppriment leurs budgets.

Sans surprise, le lien sponsorisé demeure le vecteur préféré des annonceurs -- il est le plus facilement ciblé et est facturé au clic -- avec 400 millions d'euros. L'affichage sur les sites web est en baisse de 7%, ne dominant plus que d'une courte tête la publicité sur les annuaires.

Internet, média encore jeune permettant de contacter un nombre croissant de clients potentiels, s'en sort donc pour l'heure nettement mieux que les autres vecteurs publicitaires. Une bonne nouvelle pour les sites, peut-être un peu moins enthousiasmante pour les lecteurs publiphobes.

Source : LesNumeriques.com Par : Franck Mée

Média_Sénégal, Ousmane Masseck Ndiaye va lancer « Radio Sopi » à Saint-Louis




L’ex maire de Saint-Louis, Ousmane Masseck Ndiaye, s’est adressé samedi à la presse pour réaffirmer sa décision d’installer incessamment dans la capitale du Nord une radio Fm qui s’appellera Radio Sopi ou Ndar/Fm. Il a précisé que le matériel est déjà commandé, que la fréquence est déjà attribuée. Cette radio commencera à émettre dans un délai de trois mois. C’est une radio très puissante qui pourra couvrir une partie importante du territoire national compris entre Matam et Kébémer en passant par les régions de Saint-Louis et de Louga. Masseck Ndiaye a prévu, dans le cadre de ce projet ambitieux, la mise en place d’une télévision régionale.

Source : LeSoleil.sn
Par : Mbagnick Kharachi Diagne

Téléphonie IP_ Polytechnique sécurise sa téléphonie grâce à l'IP




C'est en 2003 que l'Ecole Polytechnique se penche sur le devenir de son infrastructure téléphonique, alors en fin de vie. Son obsolescence pèse en outre sur les coûts de maintenance. Un projet est amorcé. Planifié sur 4 ans, entre 2004 et 2008, il doit répondre aux besoins en matière de télécommunication des 3 500 membres de Polytechnique (dont 1 000 étudiants).

L'équipe réseau voix-données de l'Ecole étudie trois scénarios : conserver une plate-forme numérique conventionnelle, combiner IP et numérique, ou enfin déployer une solution reposant intégralement sur la technologie de voix sur IP.

L'étanchéité cruciale dans le déploiement de la ToIP

C'est finalement cette dernière alternative qui est retenue. En mai 2004, quatre intégrateurs, proposant chacun des constructeurs différents (Nortel, Alcatel, Cisco et Avaya), mettent en place des maquettes dans l'environnement de production de Polytechnique. Un critère majeur entre en compte dans l'évaluation des solutions proposées : la sécurité.

« La contrainte de sécurité a encore été renforcée lors de l'étape de maquettage. Nous avions constaté un manque d'étanchéité dans les architectures, notamment au niveau de la partie call server. Les constructeurs proposant une séparation marquée entre les parties serveur d'appel, interface serveur et téléphones, ont donc été privilégiés » confie Loïc Pasquiet, responsable réseaux voix/données et sécurité de Polytechnique.

Polytechnique sélectionne ainsi le couple DynetCom et Avaya. Le déploiement est étalé sur trois ans pour des raisons budgétaires. La DSI joue le rôle de site pilote. Puis dès mai 2005, ce sont 500 nouveaux logements étudiants qui sont équipés de la téléphonie sur IP. En 2006, l'installation se poursuit dans 1 000 autres chambres. Puis en 2007, Polytechnique débute la migration vers la ToIP de ses centres de recherche.

La continuité d'activité assurée grâce une réplication en temps réel

Fin 2008, les anciens PABX sont finalement arrêtés. La plate-forme téléphonique Avaya comprend 4 200 postes téléphoniques, deux serveurs d'appel (S8700), et cinq passerelles de communication G650. Grâce à cette migration vers le tout IP, la DSI a pu scinder l'infrastructure sur deux salles distinctes.

Chaque site abrite ainsi un serveur d'appel. Une réplication des données s'effectue en continue grâce un lien gigabit dédié en fibre optique (et un lien de secours en cas de rupture). Cette architecture permet de garantir la continuité d'activité en cas de panne sur un serveur d'appel et même une coupure électrique. Chaque salle bénéficie en effet de son propre transformateur électrique.

« Les réseaux data et voix sont séparés. La téléphonie dispose d'un plan d'adressage IP distinct. L'isolation se fait également au niveau des populations d'utilisateurs puisqu'il y a ainsi autant de VLAN que de groupes. Le chiffrement des communications en AES 128 renforce encore la sécurité » précise Loïc Pasquiet.

L'Ecole Polytechnique estime le coût (prévisionnel) de son investissement à 1,5 million d'euros sur 16 ans, prestations et maintenance comprises. Une dépense équivalente à celle investie par l'établissement dans son ancienne infrastructure téléphonique Alcatel. Les gains se situent avant tout au niveau de l'évolutivité de la plate-forme (ajout de fonctionnalités, adoption de la messagerie unifiée) et de l'administration, qui se fait désormais en interne grâce à des outils de supervision.

Pour en savoir plus :
Conférences Web, audio et vidéo : des solutions pour organiser des réunions virtuelles
ToIP : les entreprises veulent qualité de service et facturation claire
Skype veut renforcer sa place en entreprise avec Skype for SIP

Source : ZDNet France
Par : Christophe Auffray.

dimanche 26 juillet 2009

Affichage Numérique_Etats-Unis : De l’UGC brandé sur l’écran de MTV à Times Square



L’écran géant de MTV à Times Square permet désormais aux annonceurs de mener des campagnes d’User Generated Contents (UGC) brandés.

Le dispositif, qui repose sur une version modifiée de la plate-forme de LocaModa, offre à chaque individu d’envoyer une photo et/ou un message via un site Internet dédié ou depuis son téléphone mobile. Une fois modérées, les contributions sont affichées sur le panneau et les participants prévenus, par email ou SMS, de leur passage.

La première marque à tenter l’expérience “communautaire” est Stride Gum (voir photo).

Source : OOH-TV

Affichage Numérique_Royaume-Uni : Pixel Inspiration équipe le corner Lancôme du Selfridges de Londres



Le britannique Pixel Inspiration a réalisé une installation de digital media multi-écrans pour Lancôme, au sein du grand magasin Selfridges de Londres.

Deux écrans LED ont été disposés dans le corner du groupe de parfum et de cosmétique : l’un de format bandeau 3m2 a été monté contre un mur, l’autre consiste en un élément de 10m2 entourant une colonne sur ces 4 faces.

Pixel est également en charge de la conception et de la production du contenu, axé essentiellement sur la marque.

Source : OOH-TV

Média_Comment Nissan a innové avec les médias sociaux




Par : Jean-François Renaud
de chez Adviso

La semaine dernière était la grande soirée de remise des prix pour le concours Hypercube de Nissan. Ce grand concours pancanadien était peu classique et je dois lever mon chapeau à Nissan et l’agence Capital C pour l’initiative. Adviso est très fière d’avoir participé au volet Québecois et remercie ses amis d’Harry & co. et de Capital C pour l’invitation à y collaborer.

Le concept

Les participants devaient d’inscrire et parler le plus possible de leur candidature via les réseaux sociaux. Nissan acceptait toutes les candidatures, mais invitait aussi des personnes particulièrement prolifiques dans les réseaux sociaux : blogueurs, vidéastes, artistes, photographes, etc. Ensuite, Nissan choisissait des profils intéressants dans les médias sociaux pour n’en garder que les 500 meilleurs. Ceux-ci avaient quelques semaines pour impressionner les juges avec des créations déposées sur leur profil hypercube (ex : celui de Jean Aymeri) et 50 d’entre eux gagnent une voiture !

Des prix au lieu des achats médias : un appui total sur les médias sociaux

Les concours ont parfois une grosse lacune pour les usagers, c’est qu’ils font miroiter un prix qu’une seule personne remportera alors que des milliers participent. D’un autre côté, plusieurs centaines de milliers voire millions de dollars sont investis pour faire connaître le concours via la télévision, les journaux ou la radio. Nissan a tenté de renverser cette tendance en donnant près d’un million de dollars en prix uniquement aux participants, soit 50 voitures Nissan Cube, le nouveau-né de la nippone pour concurrencer la nouvelle Scion de Toyota. Aucun achat média de grande envergure n’a été effectué, la grande majorité de la valeur va donc aux utilisateurs. C’était un pari assez risqué pour Nissan, les médias sociaux le sont toujours un peu pour les grandes marques. Au lieu de dépenses publicitaires, Nissan a investi en la personne de twitterers anglophones et francophones qui ont silloné manuellement le Web canadien à la recherche de profils intéressants, les ont invité et convaincu de participer, ont organisé un jury pour sélectionner les 50 gagnants. Et finalement, la manufacturier a organisé une grande fête à Montréal, Toronto et Vancouver pour remettre les prix.

Les problèmes

Comme toute expérience du genre, les apprentissages sont nombreux. Formulaire d’adhésion trop long et ardu, concept pas toujours facile à expliquer, quelques retards aussi, blogueurs fâché suite à la réception de plusieurs invitations par courriel, etc. Mais somme toute, Nissan et les agences qui l’accompagnaient (dont nous !) ont géré tous ces échanges et ont tenté de garder le tout le plus social et en ligne avec les bonnes pratiques possibles (pas de faux blogue de Bixi !).

Les belles surprises

Des milliers de Tweets, des centaines de pages et contenus créés pour la campagne, un buzz généralement très positif et du bouche à oreille comme aucune entreprise ne pourrait espérer. Qui dit mieux ? Ah oui, j’oubliais, un tatoueur qui s’est tatoué la Nissan Cube sur la jambe ! Pas beaucoup d’entreprises peuvent se vanter d’en avoir fait autant. Bref, encore une fois chapeau à Nissan pour avoir eu le culot d’essayer et aujourd’hui d’en récolter les fruits. Ce fût un réel plaisir d’y participer ! La question qui nous pend aux lèvres : que fera Nissan avec cette communauté qu’elle a créée dans le cadre de cet événement ponctuel ?

Source : Adviso

Téléphonie IP_Quand Skype menace la Russie - Vladimir Poutine s'en mêle



Sous ses airs innocents, Skype serait une menace pour la sécurité de la Russie? - En Russie, le parti de Vladimir Poutine a mis en place un comité spécial chargé d'évaluer les risques liés à l'utilisation de Skype et d'autres systèmes de VOIP. La préoccupation première, apparemment, est que Skype et de nombreuses autres technologies de VoIP sont hébergées à l'extérieur de la Russie, et les données sensibles qui pourraient transiter par celles-ci pourraient mettre en péril la sécurité nationale. Ainsi, l'Etat Russe se prémunit d'une utilisation massive de ces systèmes censés représenter 40% des appels téléphoniques d'ici à 2012..

Source : Eparsa.fr Par Charlotte.

Technologie_Une première mondiale un appareil photo numérique 3D




Fujifilm inaugure une nouvelle ère de la photographie par une innovation technologique majeure : le système FinePix « REAL 3D ». Pour la première fois dans l’histoire de l’imagerie numérique, un système de visualisation tridimensionnel permet sans lunette la capture et la visualisation d’images en relief.

Cette technologie a été intégrée sur un appareil photographique, le FinePix REAL 3D W1, un cadre photo 3D de 8", le FinePix REAL 3D V1 et un système de tirage sur papier 3D.

En véritable explorateur technologique, Fujifilm fait naître de nouvelles attentes dans le secteur de l’image et du développement photographique.

Le lancement du tout premier appareil 3D capable de prendre des photos et des vidéos en 3D marque une étape décisive de cette démarche.

Premier appareil numérique 3D, le FinePix REAL 3D W1 enregistre photos et vidéos en relief

Bienvenue dans le monde de la 3D

L’appareil photo FinePix REAL 3D W1 permet de réaliser une image 3D naturelle via la combinaison de deux images issues de deux points de vue différents. C’est pourquoi, deux zooms optiques 3x Fujinon ont été intégrés au boîtier, ceci constitue en soi un tour de force technologique tant il est difficile d’aligner mécaniquement deux zooms optiques.
Parallèlement à cela, le « processeur RP (Real Photo) 3D » synchronise instantanément les données des deux optiques et des deux capteurs afin d’ajuster les conditions de prises de vue (la mise au point, la luminosité et la saturation).
Le FinePix Real 3D W1 est ainsi en mesure de fournir, en photo ou en vidéo, une double image symétrique.

L’écran LCD 3D/2D assure l’affichage 3D ou 2D, offrant à l’œil nu de superbes images naturelles. L’appareil photo traite automatiquement toutes les étapes de la capture des images rendant ainsi l’utilisation de l’appareil à la fois simple et accessible à tous.
Un mode de fonctions 3D avancé pour les experts de la 3D

Le FinePix REAL 3D W1 adapte les réglages de l’appareil en fonction de la scène à photographier. Lors de l’utilisation du mode « capture 3D par déclenchement désynchronisé», l’appareil peut être déplacé entre les deux déclenchements. Une unique image 3D est ensuite enregistrée manuellement. Ce mode est particulièrement adapté aux photos de paysage, lorsque l’image 3D est difficile à réaliser, ou au contraire pour les photos en macro, pour lesquelles l’effet 3D serait trop prononcé.

Le mode « déclenchement par Intervalle 3D » offre encore plus de flexibilité.

Il permet de prendre les deux photos en continu, alors que le photographe (en train, en avion ou en voiture, etc. ) est en mouvement pour réaliser des images 3D de points de vue assez éloignés -l’effet 3D provenant de la distance de deux points de vue, celui de l’œil droit et celui de l’œil gauche.

L’utilisateur profite ainsi d’images 3D plus dynamiques, que ce soit d’un ciel de nuages vu d’avion, ou d’un paysage lointain vu à travers la vitre d’une voiture. En utilisant le mode « Contrôle de Parallaxe (fonction de réglage 3D) », les images 3D pourront être ajustées manuellement pour s’adapter à la vision de chacun. Réglable à la fois sur l’écran LCD, durant la prise de vue, ou sur les images enregistrées, cette option permet à chacun, en toute simplicité, d’exprimer sa créativité en Trois Dimensions !

La photographie 2D aux fonctions très puissantes

Cet appareil photo propose également de toutes nouvelles opportunités pour étendre le plaisir de la photo 2D ! L’utilisateur tire un réel bénéfice du fait qu’il détient deux appareils photo en un.

* Le « mode Advanced 2D » permet d’un seul déclenchement de prendre simultanément deux photos. Le mode «prise de vue simultanée Télé/Grand-angle», via la désynchronisation des réglages de focale des deux optiques, assure pour un même sujet, et simultanément, une prise de vue large et rapprochée.

* Le mode « de prise de vue simultanée 2 couleurs » propose deux rendus photographiques différents d’un même sujet (« Standard et Fujifchrome » par exemple). Parallèlement à cela, 13 scènes positions, utilisables en 2D et 3D, garantissent la qualité des images quelles que soient les situations rencontrées.

* Le mode « prise de vue simultanée en 2 sensibilités » permet de désynchroniser la sensibilité des deux systèmes de prises de vue, et d’élargir les possibilités d’expression photographique. Devant une scène pour laquelle il est difficile de déterminer avec exactitude quels seront les meilleurs réglages, une photo est enregistrée en priorité à la stabilisation d’image, l’autre privilégiant la qualité d’image. La meilleure des deux sera choisie ultérieurement.

Un outil robuste, d’utilisation simple et intuitive, au design abouti

Nul ne peut être insensible à son style raffiné et au sérieux de sa finition. Conçu ergonomiquement pour une prise à deux mains, ce boîtier est doté d’un élégant clapet coulissant de protection optique. Son revêtement est d’un brillant parfaitement poli.

Le logo « 3D » BLEU s’illumine lorsque l’appareil est en fonction. Pour la simplicité des manipulations, les commandes, telles que le commutateur 3D/2D, sont placées de chaque côté au dos de l’appareil. Pour une composition et une consultation des photos en toute tranquillité, le nouvel écran LCD 3D de 2.8" affiche des images à la fois fines et naturelles.

Les caractéristiques principales

• Capture des photos et vidéos en 3D
• Assure les photographies 3D en mode macro et télé via le « Mode Advanced 3D »
• Assure, tout comme un appareil numérique classique, des photographies standard en 2D
• Le « mode Advanced 2D » enregistre simultanément deux photos suivant des réglages différents
• L’écran LCD 3D permet l’examen en direct des images durant la prise de vue
• Une technologie conquérante associée à un design épuré de grand style

Un cadre photo 3D de 8" pour profiter des images 3D sur un écran haute résolution

Le FinePix REAL 3D V1

Le nouveau cadre numérique Fujifilm « FinePix REAL 3D V1 » assure la visualisation des images sur un écran LCD 3D/2D de 8". Il suffit d’insérer une carte mémoire SD chargée d’images 3D pour profiter sans lunette d’un diaporama d’images 3D. Si le mode « Contrôle de Parallaxe » est activé, l’utilisateur peut ajuster manuellement l’effet 3D.

Ce cadre Photo 3D/2D au design fin et épuré trouve sa place naturelle dans tous les salons. Il propose de nombreuses fonctions de lecture 3D/2D pour de magnifiques panoramas photos, l’affichage en micro vignettes ou la recherche à la fois simple et rapide d’images.

Pour une vision et un contrôle via la télécommande plus confortables, le pied permet d’ajuster l’angle de visualisation. L’utilisateur peut également afficher les données des photos stockées sur la carte mémoire et charger des images via la communication "Infrarouge" haute vitesse. Pour le transfert des images, le cadre est connectable à un PC via un port USB.

Les caractéristiques principales

• Lecture des images et vidéos naturelles en 3D sans lunette
• Ecran LCD 3D/2D (400 x 600 x 2 canaux)
• Touches de commande tactiles ergonomiques

Imprimez vos images 3D via la technologie de haute précision Fujifilm !

Fujifilm
propose des tirages 3D de haute précision aux résultats spectaculaires via un support lenticulaire. Le procédé suppose un système de tirage sophistiqué pour être vu sans lunette à travers un réseau lenticulaire. Une magnifique et surprenante impression de relief 3D est ainsi créée restituant les précieux détails de la vie avec une précision phénoménale.

Source : ActuPhoto.com

samedi 25 juillet 2009

Affichage Numérique_Etats-Unis : Sencore pourrait acquérir Wegener






Sencore
envisage l’acquisition de Wegener, un fournisseur de solutions de distribution audio et vidéo actif, entre autres, sur le marché du digital signage.

L’opération, si elle venait à se matérialiser, comprendrait l’acquisition en cash de 100% des actions Wegener Corporation pour 6M$ - sur une base “cash-free, debt-free”.

Source : OOH-TV

Affichage Numérique_Afrique du Sud : La TV hors du foyer façon townships



Apporter la télévision aux townships sud-africains, telle est la mission du réseau de public-viewing Township TV.

Reposant sur des écrans vidéos 4×3m installés dans des parcs, ce dernier reprend tous les jours, à partir de 14h, différentes chaînes du bouquet satellitaire DSTV (Disney et Boomerang de 14 à 16h, du football en soirée…).

La monétisation publicitaire de l’audience s’agrégeant devant les écrans est envisagée (habillement de l’écran aux couleurs d’un sponsor, etc.).

Quatorze sites ont pour le moment été équipés et une dizaine d’autres devraient suivre dans les prochains mois.

Source : OOH-TV

Téléphonie IP_ La France, N°1 mondial de la voix sur IP




La Fédération Française des Télécoms a présenté aujourd’hui les résultats de ses travaux sur la standardisation de l’interconnexion de la voix sur IP.

Avec plus de 14 millions de clients en voix sur IP fin 2008, la France occupe la 1ère position mondiale dans le domaine de la téléphonie sur ADSL. Le trafic VOIP a désormais dépassé le trafic Voix sur RTC. Cette position donne aux opérateurs français l’opportunité et la responsabilité de réaliser le travail de normalisation que les autres pays n’ont pas encore pu accomplir.

C’est à la Commission Normalisation de la Fédération Française des Télécoms, présidée par Emmanuel Tricaud qu’il est revenu de conduire ce travail, avec la participation de tous ses membres et en se basant sur les travaux que les instances internationales avaient déjà accomplis. Les résultats des groupes de travail est disponible ici :

Architecture, Principes et recommendations - Juillet 2009

Source : UniversFreebox.com Par : Olivier Viaggi

Technologie_ MSN Messenger fête ses 10 ans d'existence



Sorti en juillet 1999, le logiciel de messagerie instantanée de Microsoft, désormais nommé Windows Live Messenger, a bien évolué en une décennie. L'éditeur revendique 330 millions d'utilisateurs.

Celui qu'on appelle désormais Windows Live Messenger a soufflé ce mercredi 22 juillet sa dixième bougie. A l'époque, dans les locaux de Microsoft, personne ne pensait que le logiciel de messagerie instantanée - que beaucoup appellent encore simplement MSN - connaîtrait un tel succès. Avec 330 millions d'utilisateurs revendiqués dans le monde, il figure sur la première marche du podium des messageries gratuites les plus utilisées.

Naissance de la « liste des potes »

Dans les années 1990, les équipes de Microsoft tentaient de pallier certains manquements de Netmeeting, un logiciel de visioconférence, abandonné depuis 2004. En plus de sa fonction de base, Netmeeting permettait également de chatter sur le Web.

« Ses utilisateurs avaient du mal à trouver sur la Toile les gens avec lesquels ils désiraient parler, précise Danny Glasser, manager Windows Live et membre de la première équipe Messenger. La solution retenue a été de permettre aux utilisateurs de Netmeeting d'avoir une liste de contacts, d'être capables de voir quand ils sont en ligne et d'initier facilement avec eux des conversations. » Le projet « buddy list » (soit « liste de potes ») était né, et MSN Messenger apparaissait en 1999 (lire ici le communiqué de presse de l'époque).
Des membres de la première équipe MSN
agrandir la photo

Le logiciel a rapidement connu le succès, malgré la concurrence de vedettes comme ICQ. A l'intérieur du hall du campus de Microsoft, à Washington, l'équipe installe un compteur. Celui-ci indique en temps réel le nombre de connexions simultanées au service. Après quelques semaines, elles étaient de quelques dizaines de milliers. Au bout d'un an, le compteur franchissait 1 million de connexions. Aujourd'hui, plus de 40 millions de personnes s'y connectent en même temps.

Au cours de son existence Messenger s'est enrichi de nouvelles fonctions : partage de fichiers, téléphonie sur IP, envoi de messages en mode non connecté… Sans compter les nombreux émoticônes, ces petits smileys expressifs ou les « wizz » grâce auxquels l'internaute vient réveiller l'un de ses contacts.
Windows Live Messenger 2009, la dernière version en date
agrandir la photo
Le chat, l'activité en ligne préférée des Français

La dernière version du logiciel client, Windows Live 2009,
permet de créer ses propres images animées, de poursuivre une même cession sur plusieurs ordinateurs ou de connaître les dernières actions de ses amis sur la Toile, Web 2.0 oblige !

Avec 21,9 millions d'utilisateurs revendiqués en France, Windows Live Messenger occupe la place de leader. Il faut dire que les Français sont accros à la messagerie instantanée. Selon une étude Comscore réalisée au mois de février 2009, nos compatriotes passent 14,3 % de leur temps en ligne à dialoguer sur ces logiciels, 8,6 % à se divertir sur des services comme YouTube, et 8,2 % à lire et à envoyer des e-mails.

La vidéo réalisée par Microsoft à l'occasion des 10 ans de MSN Messenger :



Source : 01Net.com Par : Hélène Puel